Notre histoire

Aujourd’hui, je reprends la plume afin de m’adresser à vous.

Il est temps d’expliquer l’histoire derrière Courant Fractal...

Au cours des quatre dernières années, nous avons travaillé dans l’ombre et sans relâche au développement de ce que nous croyons fermement être une œuvre fantastique de très grande qualité. Inspirée des jeux de rôle sur table qui, depuis des années, sont principalement développés par une poignée d’éditeurs spécialisés, Courant Fractal est né, en réalité, il y a plus de vingt ans.

Insatisfait de ce qui était offert sur le marché à cette époque (pour plusieurs raisons que je n'énumérerai pas ici),  je décidai alors de développer un autre monde. Un monde qui saurait mieux représenter les complexités, les drames, les horreurs et la beauté du véritable monde tout en permettant une véritable évasion, une expérience à travers un miroir. Un parfait mélange de rêve transcendant et de froide réalité. 

Tout ne s'est pas fait du jour au lendemain, évidemment. Établir la cohérence et la crédibilité d'un monde ayant d'aussi grandes prétentions exige un lot incalculable de lectures traitant d'une myriade de sujets. De l'histoire à la littérature classique, en passant par la criminologie et les mythes anciens, tout ce qui pouvait être d'un intérêt quelconque pour l'univers de Courant Fractal atterrit sur ma bibliothèque. Tout cela fut accompli avec le souci constant de satisfaire des lecteurs exigeants. Des lecteurs de grande qualité, croulant sous une offre toujours grandissante et qui, de ce fait, exigent ce qu'il y a de mieux. Ce sont à ces lecteurs que je m'adresse.

C'est vous.

Mais revenons à notre histoire.

À titre de  « maître du jeu »,   je rédigeais des scénarios d’une dizaine, d'une vingtaine,  et même parfois d'une trentaine de pages, afin de « vivre »  dans ce monde que moi et mes joueurs chérissaient tant.

Au fil des années, d'autres joueurs se sont ajoutés à notre table de jeu, créant ainsi un véritable vecteur de création.  Imaginez : des joutes d’une douzaine d’heures, appuyées sur des scénarios d’une dizaine de pages, pendant des années !  Il en résulta une quantité faramineuse de documents et de scénarios, se chiffrant dans les milliers de pages.

Mais ce qui devait arriver arriva : les obligations de tout un chacun prirent le dessus et tranquillement, les rencontres se firent de plus en plus rares. 

Pour ma part, je ne pouvais me résigner à abandonner ce monde, ces personnages qui, avec le temps, étaient devenus l’œuvre d’une vie entière.

Je devais agir.

Mais la marche entre l'enthousiasme et le professionnalisme est très élevée...

Que faire?  Un roman?  Une trilogie de romans?  Aucune de ces possibilités n’aurait pu rendre justice à l’énormité de l’œuvre. J’optai donc pour le JdR qui, par ses mécanismes et ses structures, offre d’immenses opportunités créatives. La principale difficulté fût de synthétiser tout ce qui avait été développé.  Je m’attelai à la tâche : structurer, normaliser et réécrire plus de fois que je ne puis m'en souvenir.  Tout cela, je le fis en dépit qu’on me rappelât quotidiennement à quel point cette entreprise était fantasque. Ce n’était qu’une lubie... 

Autre détail majeur: de quoi allais-je vivre? La passion ne met malheureusement pas de pain sur la table. Elle ne paie pas les comptes non plus. Parfois, on fonce sans trop penser aux conséquences de telles décisions... 

Une fois les peurs mises de côté (pas le choix, sinon on n'avancerait jamais), j’étais soumis à un impératif : l’excellence.  Si cette œuvre devait être mon unique chance de démontrer notre vision, elle devait être professionnelle.  Par chance, mes amis  (et premiers joueurs),  s’étaient dotés de remarquables connaissances. Chacun d’entre eux m’offrit généreusement son aide et son expertise. Avec de tels talents sous la main, je me permis de viser les plus hauts sommets. Ainsi, pour compléter le portrait, je décidai de m’inscrire au D.E.S.S en édition de l’Université de Sherbrooke.  Je désirais ainsi ajouter une couche professionnelle à l’œuvre en apprenant les rouages du milieu auprès de véritables professionnels de l'industrie du livre québécois. 

Malgré des ressources financières limitées, je décidai de fonder une petite entreprise qui me permettrait de publier l’œuvre. Je portai donc tous les chapeaux : écriture, direction créative, mise en page, correction, gestion des contrats, demande d’ISBN et j’en passe...

En somme, c'était du travail... énormément de travail. Les heures sont devenues des jours. Les jours sont devenus des semaines. Elles-mêmes sont devenues des mois. Eux-mêmes sont devenus des années. Je crois que vous avez compris l'idée.  

Mais bon, il faut ce qu'il faut. Le prix à payer d'un rêve à ce qu'on dit.   

Comment conclure? Je pourrais vous parler de l’œuvre à proprement parler, mais je crois que cela s’avérerait une tâche impossible : il s’agit d’un monde !  Je laisserai donc à l’œuvre le soin de se dévoiler elle-même. 

Sachez toutefois une chose : tous ces immenses sacrifices, je les ai faits en ayant une confiance inébranlable en vous, les véritables passionnés du fantastique. Croyez en ce monde ! Prenez le temps de le lire. Ce sera, je vous promets, un incroyable périple. Ce n’est qu’avec votre appui et votre soutien que je peux continuer de créer. Ensemble, nous pourrions accomplir quelque chose d'incroyable. 

Merci de nous encourager par tous les moyens possibles. Ensemble, nous pourrions débuter une nouvelle aventure, encore plus extraordinaire que la première. Il n’en tient qu’à vous. Fractal a besoin de vous... et nous aussi. 

 

                                                                                                                                 SPL

 

 

Ajouté au panier

c