• Le Ruban d'Adler

    



         Cette pièce est possiblement l’une des plus étranges versions des tablettes de Dvarar. Une raison qui en fait un artéfact énigmatique est qu’il s’agit d’une œuvre incomplète. Trouvé dans une antique fosse à rebus au nord d’Adler, il semble clair que l’artisan qui l’a créé a interrompu son travail à mi-chemin. La pratique veut généralement que l’argile d’une pièce abandonnée, lorsqu’il est encore cru, soit réutilisée dans un autre projet, mais le Ruban d’Adler semble simplement avoir été écrasé en boule puis jeté parmi les détritus.

         Les hypothèses sur la nature de cet objet abondent sans qu’il ne soit possible, pour l’instant, de trancher entre elles. Les deux plus répandues sont diamétralement opposées. La première, proposée par Mulcium Tachio, veut que l’objet soit le produit d’un exercice imposé à un apprenti. Il s’agirait d’une simple leçon d ‘écriture sur l’argile. Ceci expliquerait le peu de cas qui semble avoir été fait du résultat final. […] La seconde hypothèse accorde une importance beaucoup plus grande à l’objet, soutenant qu’il n’aurait pas été traité avec indifférence, mais plutôt détruit sciemment pour éviter de compromettre son créateur. Cette thèse a été soutenue de manière particulièrement provocatrice par un auteur écrivant sous le pseudonyme « FMR » dans son opuscule publié clandestinement sous le titre Subversion au temps du Grand Roi Dvarar. […] Il, ou elle, soutient que même si les mots inscrits sur la surface du Ruban sont largement illisibles, ils ne semblent pas relever d’un simple exercice de retranscription. Ce ruban froissé et maintes fois replié sur lui-même laisse entrevoir, selon FMR, les mots « usurpateur », « tyran » et « bâtard », et surtout un passage troublant où on peut déchiffrer « […]rar le monstre à saigner […] ». Le début et la fin de cette phrase étant malheureusement perdus dans les replis de l’artéfact.

  • Commentaires sur cette publication (0 commentaires)

  • Écrire un commentaire

Ajouté au panier

c