• Anûn

    Divinité associée : Aucune (anciennement territoire du Souverain Myrddin)

    Capitale : Sabin

    Ennemis connus : Aucun

    Date de fondation : 263 A.E.

    Dates associées : 327 A.E., 323 A.E., 300 A.E., 263 A.E., 207 A.E.

     

    Histoire

    L’histoire du royaume d’Anûn (ou Nouvel Empire d’Anûn selon ses habitants) se retrouve parmi les plus récentes, puisqu’il s’agit d’un des États-nations les plus jeunes de la Pangée Fractale. L’événement précurseur de la fondation de ce royaume en fut un fort malheureux : l’anéantissement de la ville de Baïkin. En 327 A.E., cette ville de 25 000 habitants reçut la visite d’une monstrueuse citadelle flottante venue d’« ailleurs » : Jugement. Commandée par Kortane Harker, un renégat jadis Commandant suprême des Armées Impériales de l’Empire d’Anûn, son cristal aspira l’einaï de tous les citadins sans défense, ne laissant que des cendres!

    Frappés par cette horreur sans nom, les dirigeants de la Pangée (réunis d’urgence à Alexandria) durent obtempérer à la demande des nouveaux venus : Harker voulait se voir remettre l’entièreté de l’île constituant le continent du Nord. Lorsque la poussière retomba, on apprit que les nouveaux arrivants se nommaient Anunnakis. Ils étaient aussi les détenteurs d’une magicka immensément plus avancée que tout ce que l’on pouvait retrouver sur la Pangée. Une relative « paix » s’installa malgré tout entre les Pangéens et les Anunnakis, ces derniers vivant en réclusion sur leurs nouvelles terres.

    Cette situation ne devait cependant point perdurer. En 323 A.E., le Commandant Harker fit transmettre à toutes les têtes couronnées de la Pangée un nouvel ultimatum : qu’on lui paie un tribut de mille Pangéens annuellement, fussent-ils hommes, femmes ou enfants, afin de « nourrir » Jugement. Sans surprise, personne ne voulut se plier à cette demande, aussi cruelle que barbare. La Pangée, pour la première fois véritablement unifiée, déclara la guerre aux nouveaux arrivants.

    La Grande Guerre qui s’ensuivit, et que les historiens appellent l’Invasion anunnaki (323-300 A.E.), fut menée avec sévère brutalité par Harker qui défit, une par une, toutes les forces qu’on lui opposa. Les templiers d’Éthos, les vampyrs de Fengothie, les lycanthropes d’Asgard et tout ce que la Pangée avait de mieux à offrir, tombèrent sous les lames acérées des Anunnakis. C’est d’ailleurs au cours de cette guerre que l’on apprit à connaître l’incroyable stratège Kortane Harker. Appuyé par à peine quelques milliers d’hommes, il fit plier l’échine du monde entier. Avec ses Sept Magnifiques (sept champions immortels légendaires, traîtres à la couronne impériale anunnaki) et sa citadelle, rien ne semblait pouvoir mettre fin à son règne de terreur.

    Dès 306 A.E., la Pangée Fractale était virtuellement brisée. Plusieurs grands héros étaient tombés au combat et les survivants de l’Holocauste anunnaki se terraient comme des rats. Les Grandes Cités, qui avaient jadis représenté l’objet de la fierté des Pangéens, n’étaient plus que ruines. C’est alors que tout espoir semblait perdu qu’apparut Marie Kamût, en plein conseil du Pentagone, sous les yeux éberlués des magickans présents. Princesse de la couronne anunnaki, elle venait, de son lointain empire, procéder à l’arrestation du renégat Harker, son ex-conjoint! Pour toute aide, elle avait sous ses ordres un homme exceptionnel : l’Arjùnan. Ce dernier, « réceptacle » d’un einaï immortel de plus de 35 000 ans, protecteur depuis toujours de la Couronne Impériale et gardien des Savoirs Sacrés des Éternels, était doté d’un pouvoir prodigieux. Cette arrivée impromptue serait le tournant de la guerre.

    En effet, en 300 A.E., la guerre contre les Anunnakis se conclut abruptement avec la reddition de la citadelle Jugement. Terrifiés par la présence d’une représentante officielle de la Couronne Impériale d’Anûn, la plupart des rebelles d’Harker perdirent toute volonté de combattre et se soumirent. La même année, le Traité d’amitié entre l’Empire d’Anûn et la Pangée Fractale fut signé à Alexandria. Plus jamais l’Empire situé par-delà les étoiles ne déferlerait sa puissance sur la Pangée. Quelques jours après cette signature historique, le temps fut aux adieux, car la princesse Kamût désirait ardemment traduire le traître et ses rebelles à la justice de son père et empereur, Melchior Kamût.

    Cependant, le départ ne devait jamais survenir. Pour une raison inexpliquée, le Tout-Puissant Empire d’Anûn était introuvable sur les cartes célestes de Jugement! Les Anunnakis durent donc demeurer sur la Pangée, angoissant sur ce qui pouvait bien expliquer « l’absence » de leur monde.

    Ce départ avorté ne plaisait pas aux têtes dirigeantes pangéennes qui désiraient intensément le départ de leurs puissants invités. Mais la situation devait devenir encore plus incommodante lorsqu’une deuxième citadelle flottante, plus petite que la première, vint déchirer le ciel d’Éthos! On devait découvrir que cet engin de mort, appelé Jour Dernier, était commandé par Nergal Kamût, prince impérial de la couronne Anunnaki et 3e fils de Sa Majesté, Melchior Le Grand. Ayant survécu à un événement qu’il appelait la Fin des Temps, ce dernier désirait fonder avec les rescapés qu’il transportait à son bord, un nouvel Empire d’Anûn.

    Depuis lors, Nergal Kamût a œuvré à la renaissance d’Anûn au sein même des terres que son beau-frère déchu avait obtenues par chantage quelques décennies plus tôt…

  • Commentaires sur cette publication (0 commentaires)

  • Écrire un commentaire

Ajouté au panier

c