Nations

  • Nations

    Dans cette section de la page web, nous avons pris la décision de vous présenter quelques extraits de Courant Fractal. Ce que vous lirez ici est en fait la section histoire des nations présentes sur la Pangée Fractale. C'est, en quelque sorte, une synthèse de tout ce qui est présenté dans la chronologie complète. 

  • Anûn

    Divinité associée : Aucune (anciennement territoire du Souverain Myrddin)

    Capitale : Sabin

    Ennemis connus : Aucun

    Date de fondation : 263 A.E.

    Dates associées : 327 A.E., 323 A.E., 300 A.E., 263 A.E., 207 A.E.

     

    Histoire

    L’histoire du royaume d’Anûn (ou Nouvel Empire d’Anûn selon ses habitants) se retrouve parmi les plus récentes, puisqu’il s’agit d’un des États-nations les plus jeunes de la Pangée Fractale. L’événement précurseur de la fondation de ce royaume en fut un fort malheureux : l’anéantissement de la ville de Baïkin. En 327 A.E., cette ville de 25 000 habitants reçut la visite d’une monstrueuse citadelle flottante venue d’« ailleurs » : Jugement. Commandée par Kortane Harker, un renégat jadis Commandant suprême des Armées Impériales de l’Empire d’Anûn, son cristal aspira l’einaï de tous les citadins sans défense, ne laissant que des cendres!

    Frappés par cette horreur sans nom, les dirigeants de la Pangée (réunis d’urgence à Alexandria) durent obtempérer à la demande des nouveaux venus : Harker voulait se voir remettre l’entièreté de l’île constituant le continent du Nord. Lorsque la poussière retomba, on apprit que les nouveaux arrivants se nommaient Anunnakis. Ils étaient aussi les détenteurs d’une magicka immensément plus avancée que tout ce que l’on pouvait retrouver sur la Pangée. Une relative « paix » s’installa malgré tout entre les Pangéens et les Anunnakis, ces derniers vivant en réclusion sur leurs nouvelles terres.

    Cette situation ne devait cependant point perdurer. En 323 A.E., le Commandant Harker fit transmettre à toutes les têtes couronnées de la Pangée un nouvel ultimatum : qu’on lui paie un tribut de mille Pangéens annuellement, fussent-ils hommes, femmes ou enfants, afin de « nourrir » Jugement. Sans surprise, personne ne voulut se plier à cette demande, aussi cruelle que barbare. La Pangée, pour la première fois véritablement unifiée, déclara la guerre aux nouveaux arrivants.

    La Grande Guerre qui s’ensuivit, et que les historiens appellent l’Invasion anunnaki (323-300 A.E.), fut menée avec sévère brutalité par Harker qui défit, une par une, toutes les forces qu’on lui opposa. Les templiers d’Éthos, les vampyrs de Fengothie, les lycanthropes d’Asgard et tout ce que la Pangée avait de mieux à offrir, tombèrent sous les lames acérées des Anunnakis. C’est d’ailleurs au cours de cette guerre que l’on apprit à connaître l’incroyable stratège Kortane Harker. Appuyé par à peine quelques milliers d’hommes, il fit plier l’échine du monde entier. Avec ses Sept Magnifiques (sept champions immortels légendaires, traîtres à la couronne impériale anunnaki) et sa citadelle, rien ne semblait pouvoir mettre fin à son règne de terreur.

    Dès 306 A.E., la Pangée Fractale était virtuellement brisée. Plusieurs grands héros étaient tombés au combat et les survivants de l’Holocauste anunnaki se terraient comme des rats. Les Grandes Cités, qui avaient jadis représenté l’objet de la fierté des Pangéens, n’étaient plus que ruines. C’est alors que tout espoir semblait perdu qu’apparut Marie Kamût, en plein conseil du Pentagone, sous les yeux éberlués des magickans présents. Princesse de la couronne anunnaki, elle venait, de son lointain empire, procéder à l’arrestation du renégat Harker, son ex-conjoint! Pour toute aide, elle avait sous ses ordres un homme exceptionnel : l’Arjùnan. Ce dernier, « réceptacle » d’un einaï immortel de plus de 35 000 ans, protecteur depuis toujours de la Couronne Impériale et gardien des Savoirs Sacrés des Éternels, était doté d’un pouvoir prodigieux. Cette arrivée impromptue serait le tournant de la guerre.

    En effet, en 300 A.E., la guerre contre les Anunnakis se conclut abruptement avec la reddition de la citadelle Jugement. Terrifiés par la présence d’une représentante officielle de la Couronne Impériale d’Anûn, la plupart des rebelles d’Harker perdirent toute volonté de combattre et se soumirent. La même année, le Traité d’amitié entre l’Empire d’Anûn et la Pangée Fractale fut signé à Alexandria. Plus jamais l’Empire situé par-delà les étoiles ne déferlerait sa puissance sur la Pangée. Quelques jours après cette signature historique, le temps fut aux adieux, car la princesse Kamût désirait ardemment traduire le traître et ses rebelles à la justice de son père et empereur, Melchior Kamût.

    Cependant, le départ ne devait jamais survenir. Pour une raison inexpliquée, le Tout-Puissant Empire d’Anûn était introuvable sur les cartes célestes de Jugement! Les Anunnakis durent donc demeurer sur la Pangée, angoissant sur ce qui pouvait bien expliquer « l’absence » de leur monde.

    Ce départ avorté ne plaisait pas aux têtes dirigeantes pangéennes qui désiraient intensément le départ de leurs puissants invités. Mais la situation devait devenir encore plus incommodante lorsqu’une deuxième citadelle flottante, plus petite que la première, vint déchirer le ciel d’Éthos! On devait découvrir que cet engin de mort, appelé Jour Dernier, était commandé par Nergal Kamût, prince impérial de la couronne Anunnaki et 3e fils de Sa Majesté, Melchior Le Grand. Ayant survécu à un événement qu’il appelait la Fin des Temps, ce dernier désirait fonder avec les rescapés qu’il transportait à son bord, un nouvel Empire d’Anûn.

    Depuis lors, Nergal Kamût a œuvré à la renaissance d’Anûn au sein même des terres que son beau-frère déchu avait obtenues par chantage quelques décennies plus tôt…

  • Asgard

    Divinité associée : Fenrir

    Capitale : Aucune

    Ennemis connus : Fengothie

    Date de fondation : 3539 A.E.

    Dates associées : 3539 A.E., 3007 A.E., 1987 A.E., 1900 A.E., 1617 A.E., 1609 A.E., 1520 A.E.

     

    Histoire

    Les origines du royaume d’Asgard remontent à la nuit des temps. Il naquit en 3539 A.E. à la suite de la guerre civile qui déchira la Cité d’Ulrakov. Ce conflit s’amorça lorsque le roi Fedor Fedorov désira s’affranchir de son Souverain, Falak. La guerre civile qui s’ensuivit fut sanglante et se solda par la défaite surprise du Souverain, du frère cadet du monarque, Akim Fedorov, et de leurs fidèles. Il est vrai que Fedor avait reçu la visite du Voyageur Sombre qui, par un procédé inexpliqué jusqu’à ce jour, avait « amplifié » les pouvoirs du roi.

    Après sa défaite, le Souverain Falak dut quitter sa Cité avec le jeune frère de son ennemi et les adorateurs qui lui restaient attachés (ce sont les descendants de ses hommes qui devinrent les Asgardiens). Ensemble, ils pénétrèrent l’effroyable Forêt Noire et y découvrirent des pouvoirs et secrets aussi mystérieux que glauques. Avec le temps, le Souverain développa une familiarité surnaturelle avec les énormes Gévaudans, loups géants hantant cette terre. Sous les effets de l’énigmatique forêt, il finit par les considérer comme ses véritables « enfants », sa meute.

    Un jour, Falak eut un songe : « mélanger son sang » avec celui des Gévaudans. Nul ne sait comment les druides de la Forêt Noire parvinrent à l’aider dans l’organisation d’un tel rituel. Toutefois, une chose est certaine : il devint le premier lycanthrope de la Pangée Fractale. Se rebaptisant Fenrir, il partagea ensuite ce « don » avec ses préférés, les plus sanguinaires et bestiaux membres de son clan : les Buveurs de Sang.

    C’est ce même clan qui, lors de la Première Guerre Fractale de 3000 A.E., combattit les troupes d’Ulric Sangorov et massacra les habitants d’Ulrakov à la suite d’un violent siège. Que la vengeance était douce pour Fenrir! Il revenait chez lui en conquérant. Ne lui manquait plus que la tête de ce Sangorov, descendant de l’infâme Fedor l’Usurpateur, pour que sa victoire soit complète. Cependant, encore une fois, le duel fut défavorable au Souverain. Au moment de porter un coup fatal à son adversaire, Fenrir fut agrippé par Ulric qui, en désespoir de cause, le mordit férocement à la gorge. Ulric Sangorov but et but encore le riche nectar cuivré… au point de complètement dessécher Fenrir! Absorbant l’einaï du Souverain déchu, Sangorov devint ainsi un « nouveau Fenrir » et, du même coup, le premier vampyr de la Pangée Fractale.

    La « mort » du premier Fenrir devait, de surprenante façon, passer inaperçue auprès des Asgardiens qui ne remarquèrent jamais la substitution. Ce malentendu est fort probablement à l’origine de la dégénérescence et de l’apathie qui toucha ensuite Asgard.

    Ce n’est qu’en 1987 A.E. que les lycanthropes d’Asgard s’activèrent à nouveau avec énergie sous les branches de la Forêt Noire. Quatre clans se formèrent alors, nés des dissensions quant à l’interprétation des désirs de leur Dieu souverain, « Fenrir ». Il y avait évidemment le clan préexistant des Buveurs de Sang qui, tout comme celui des Sacrificateurs, qui prônaient les voies anciennes du sang et des sacrifices. Adoptant une position diamétralement opposée, les clans des Loups Masqués et des Sacrés croyaient, pour leur part, que l’einaï trouvait son incarnation dans le courant sanguin. Ainsi, le sang devait être vénéré et protégé. Compte tenu de ces deux visions incompatibles, et que les lycanthropes étaient foncièrement intolérants à la différence, les clans s’entredéchirèrent constamment.

    À l’issue de près d’un siècle de guerres civiles, Fenrir ordonna à son clan préféré, les Buveurs de Sang, de quitter la Forêt Noire. Ces derniers devaient ériger une grande nation sur les vestiges d’Ulrakov; le fruit fut la Fengothie, fondée officiellement en 1900 A.E. Le Dieu souverain choisit également un roi pour cette nouvelle nation : Vladislav Sangorov, dit Le Sanguinaire, un de ses nombreux descendants bâtards. Et, comme ultime « cadeau », il partagea avec son élu les rites menant au Baiser Cuivré.

    La création de la Fengothie eut un énorme impact sur Asgard; ces nouveaux voisins furent immédiatement pris en grippe par les Asgardiens qui, depuis, font la guerre à leurs voisins vampyriques…

     

  • Astherith

    Divinité associée : Mithras

    Capitale : Astherith

    Ennemis connus : Tiamakon, Tallijiah, Minos, l’Inconnu

    Date de fondation : 3233 A.E.

    Dates associées : 3233 A.E., 3007 A.E., 3000 A.E., 1950 A.E., 1575 A.E., 1555 A.E., 1434 A.E., 1433 A.E., 1300 A.E., 1000 A.E., 431 A.E., 415 A.E., 413 A.E., 306 A.E.

     

    Histoire 

    L’histoire de la naissance de la nation astherite relève autant du mythe que de la réalité. Même les grands sages ne peuvent déterminer quelle est la part de vérité dans leur mythologie fondatrice. Néanmoins, réelle ou non, cette genèse demeure la fondation de leur société et continue d’influer sur son développement.

    Selon la tradition orale astherite, les ancêtres de cette nation vivaient en paix dans un petit village côtier (Minos) situé au nord du continent de l’Est. Tout était au beau fixe jusqu’à ce que survienne la terrible époque de la conquête du monde par les Souverains. C’est à ce moment que le rebelle et belliqueux Mithras asservit les 2 000 habitants de Minos. Mais ce menu fretin n’était pas pour le satisfaire. Désireux de convertir rapidement d’autres hommes de manière à concurrencer l’alliance Tiamat-Achéron, Mithras fit une proposition à son voisin du continent du Nord, le tout-puissant Souverain Myrddin.

    L’offre était la suivante : connaissant le manque total d’intérêt que portait Myrddin à ses adorateurs (il ne portait d’amour qu’à la magicka), il offrit de « débarrasser » son confrère de son problème. C’est ainsi que le Souverain du Nord accepta le passage sur son territoire de 1 750 guerriers Mithraïstes, venus de Minos par bateaux, pour rescaper les « abandonnés ». Le problème fut que lors de l’aller, plusieurs de ces bateaux avaient connu des avaries et ne purent donc être réparés. Ainsi, au moment du départ, il ne restait que 1 000 places! Mithras déclara alors que seuls les guerriers les plus forts pourraient faire le voyage de retour. Les survivants du bain de sang qui s’ensuivit adoptèrent le nom d’Astherites, ce qui signifie littéralement « Invincibles ». Ils purent ensuite rejoindre Minos et, avec une centaine d’habitants de ce village, migrèrent au sud. Cette migration, véritable témoignage de leur quête inlassable d’adversité, était justifiée par le désir de fonder une nouvelle cité digne des « Invincibles » : entourée d’éléments et de bêtes plus hostiles les unes que les autres. Seul le plus « fort » pourrait y résister. C’est ainsi qu’ils fondèrent la Cité d’Astherith.

  • Avalon

    Divinité associée : l’Éternelle

    Capitale : Cité Éternelle

    Ennemis connus : Hith

    Date de fondation : 207 A.E.

    Dates associées : 207 A.E., 150 A.E., 133 A.E., An Zéro

     

    Histoire

    L’Empire d’Avalon naquit en 207 A.E. lorsque Sita Khan, ex-générale malachite, se résolut à léguer à son très prometteur (bien que dissipé), fils, Alucard Oakfield, la suzeraineté des terres constituant alors l’Empire du Phénix. Bien que ce legs paraisse fort généreux, c’était en fait un État devenu moribond, abandonné par une Sita devenue lasse, et dirigé de facto par de rudes brigands sans envergure. Alucard dut d’abord les chasser afin de récupérer les terres fertiles de la Vallée d’Or et la Cité Éternelle (anciennement Simurghia, rebaptisée en 363 A.E.), rénovée à prix d’or par sa mère. Après avoir éliminé avec froide efficience tout rival potentiel, Alucard finit par accepter, sans grand enthousiasme d’ailleurs, le trône.

    Affichant un certain manque d’ambition, il ne put se résoudre à s’atteler à la tâche au cours des semaines suivant son couronnement. Malgré tous ses talents, Alucard semblait incapable de trouver sa voie. Désirait-il devenir empereur ou grand guerrier en quête d’exploits épiques ? Peut-être deviendrait-il magickan ? Pour son plus grand malheur, il avait hérité de tous les talents de ses remarquables (bien que terrifiants) parents. Excédée par l’attitude apathique de son fils, Sita Khan décida d’intervenir. Un soir, elle invita son ex-fiancé, le Kamût Nergal le Mirifique, afin de trouver une issue à son « problème ». En somme, elle lui proposait une alliance dynastique entre les Oakfield et les Kamût (une des rares familles qu’elle respectait). Elle marierait son fils à la sœur aînée de Nergal, Marie Kamût. L’espoir de Sita reposait sur le fait que la princesse à la beauté légendaire saurait exiger d’Alucard la grandeur et l’ambition. N’était-elle pas une Kamût ?

    Par le plus heureux des hasards, l’Anunnaki avait lui aussi cette pensée en tête. Après une brève rencontre avec le nouvel empereur des terres du Phénix, le Kamût repartit sur ses terres, enchanté… et impressionné. Pour lui, le manque d’ambition qu’affichait Alucard n’était qu’un symptôme d’immaturité, un détail qui serait aisément corrigé par la volonté de fer de sa tendre sœur. Nergal percevait tant d’avantages à cette alliance dynastique. Il s’en frottait déjà les mains! Anûn se doterait d’un puissant allié pour le présent et l’avenir. En vérité, ses yeux millénaires ne voyaient pas Alucard pour ce qu’il était présentement, mais plutôt pour ce qu’il pouvait devenir…

    Nergal invita donc Alucard à sa cour et, lorsque ce dernier rencontra la princesse Kamût, sa promise, ce fut bel et bien le coup de foudre! Le mariage qui suivit, après plus d’une année de relation courtoise, fut grandiose. À cette occasion, le jeune empereur se vit offrir l’ultime honneur de recevoir les Savoirs Sacrés des Éternels, apprentissages menant à l’immortalité! Jamais pingre, son nouveau beau-frère lui légua également la redoutable citadelle flottante Jour Dernier (il possédait déjà Jugement, dont la puissance dépassait largement cette dernière et tablait en secret sur la construction d’Hegemonikus, une citadelle encore plus horrible que ces deux consœurs).

    En moins de six décennies, le couple impérial de l’Empire, nouvellement baptisé Avalon, parvint à instaurer la plus puissante monarchie de la Pangée (excédant par le fait même les projections les plus optimistes de Nergal). Grâce à d’imposants investissements et les travaux combinés des ingénieurs et magickans du Pentagone, Alucard modernisa la Cité Éternelle. L’Empire s’était enfin doté d’une capitale digne de ce nom, un véritable joyau du continent de l’Ouest.

    Poursuivant sur sa lancée, le jeune empereur instaura une politique d’immigration agressive accompagnée de mesures économiques favorisant la natalité. L’accroissement démographique qui s’ensuivit fut ultérieurement absorbé par les colonies que l’État fonda à travers la vallée avalonienne (Impérion, Kamûten et Harkon).

    Cette politique expansionniste n’eut que très rarement recours au bras armé de l’État pour s’accomplir, car au-delà de la colonisation, plusieurs communautés ont joint avec empressement l’empire naissant afin de profiter de ses largesses.

    Toutefois, de nos jours, une expansion militaire est toujours possible et tout semble indiquer que l’Empire prendra le sentier de la guerre très bientôt… Marie, devenue l’Éternelle, véritable déesse vivante, n’hésitera pas à écraser tout signe d’un retour des Dieux souverains.

Ajouté au panier

c