Médias

  • Des créateurs québécois s'attaquent au marché

    Société
    Pierre-Marc Durivage

     

    « C’est une œuvre que je voulais accomplir, j’avais la passion sauvage de mettre ça sur papier. Je ne voulais pas que ça se perde dans l’oubli, j’avais le désir de la partager. »

     

    En 20 ans comme maître de jeu, Sébastien Pitre Langley a amassé des pages et des pages d’aventures, créées au rythme des soirées de Donjons et Dragons organisées deux fois par mois avec des amis. « Tant qu’à faire, pourquoi ne pas formaliser tout ça dans un jeu ? », s’est dit le jeune auteur. C’est ainsi qu’est né Courant fractal, jeu de rôle 100 % québécois lancé en librairie il y a un peu plus d’un an.

    Vendu à plus de 400 exemplaires jusqu’ici et offert en ligne depuis le printemps sur le portail leslibraires.ca, le jeu est présenté dans un bouquin de 357 pages qui fait la part belle à la description de la Pangée fractale, son histoire, sa géographie, ses systèmes politiques, ses organisations militaires et paramilitaires, ses personnages clés, ses traits culturels. « On a voulu donner un cachet très littéraire au jeu, dans l’espoir de rejoindre les gens plus âgés, nous a expliqué Sébastien Pitre Langley. On a aussi notamment demandé la collaboration d’amis psychologues et historiens pour assurer la cohérence des personnages et de notre univers de jeu en général. »

    L’auteur et journaliste indépendant David Riendeau a aussi été mis à contribution pour créer la première quête complète associée au monde de Courant fractal. Le mystère des Blodev a été lancé en juillet dernier au Comiccon de Montréal : « Au chapitre de l’intrigue, ç’aurait pu être celle d’un thriller ou d’un film d’action dans la mesure où la résolution des énigmes ne nécessite pas de magie, mais plutôt de la négociation ou des manœuvres politiques », a expliqué David Riendeau, qui vient parallèlement de faire paraître son premier roman, Le testament, un suspense policier. 

    « Dans une quête classique de jeu de rôle, les héros se limitent à sacrer une volée au méchant. Dans notre cas, même s’ils remplissent la mission, ils s’aperçoivent que ça peut avoir un impact insoupçonné sur la population civile. J’ai intégré beaucoup de considérations morales, je veux vraiment amener les joueurs à faire des choix de plus en plus déchirants, comme dans la réalité, en fait. »

    QUITTE OU DOUBLE

    Sébastien Pitre Langley n’avait pas de visée commerciale en lançant Courant fractal. Il n’avait évidemment pas le luxe de lancer de multiples produits, comme le font les grands éditeurs de jeux. « Le projet est né uniquement d’une passion de créer, a-t-il avoué. On était dans l’obligation de tout mettre dans un seul livre, le système de jeu ainsi que tous les détails de campagne. On ne savait pas si on allait pouvoir continuer après. On n’avait qu’une seule chance de se faire valoir. »

    La réponse des joueurs a été suffisamment positive pour qu’on invite David Riendeau à créer une campagne de jeu – une suite du Mystère des Blodev est d’ailleurs déjà en chantier.

    « J’aime explorer différents types d’écriture et les jeux de rôle sont pour moi quelque chose de différent et de plus ludique. »

    — David Riendeau, auteur

    « Dans un roman, la structure est assez linéaire, alors que dans le cas d’une campagne de jeu de rôle, le défi est d’anticiper les réactions des joueurs pour donner des repères au maître de jeu. »

    Le marché québécois étant pour le moins restreint, la suite pour Courant fractal passe maintenant par l’Europe francophone. « On sait qu’on ne peut pas espérer subsister en restant ici, a reconnu Sébastien Pitre Langley. Et comme la traduction représente un investissement majeur, on espère plutôt accéder au marché français, ce qui est beaucoup plus simple, notamment avec le livre numérique. »

    Des attentes bien pragmatiques pour des créateurs d’univers fantastiques…

     

     

    JEUX DE RÔLES

    DONJONS ET DRAGONS

    1974

    Wizards of the Coast

    Univers médiéval-fantastique, premier jeu de rôle de l’histoire

    Le jeu créé par Gary Gygax a été remis au goût du jour en 2014, avec un franc succès. La cinquième édition pige ainsi dans toutes les itérations précédentes, en s’assurant de redonner une belle place à l’interprétation.

    JEUX DE RÔLES

    PATHFINDER

    2009

    Paizo Publishing

    Univers médiéval-fantastique, adaptation de l’édition 3.5 de Donjons et Dragons

    Paizo Publishing a converti sa campagne Pathfinder en jeu à part entière quand les règles 3.5 de Donjons et Dragons ont été rendues publiques. Jugeant la quatrième  édition de D&D trop simple, plusieurs joueurs se sont alors tournés vers Pathfinder.

    JEUX DE RÔLES

    L’APPEL DE CTHULHU

    1981

    Chaosium

    Univers paranormal et occulte inspiré de l’œuvre de H.P. Lovecraft

    La septième édition du jeu a remporté plusieurs prix pour l’atmosphère dense qu’il est possible de créer en y jouant. Les règles à propos de la santé mentale des personnages y sont certainement pour quelque chose.

    JEUX DE RÔLES

    WORLD OF DARKNESS

    1991

    White Wolf Gaming Studio

    Univers peuplé de vampires et de loups-garous inspiré par lesChroniques des Vampires d’Anne Rice

    Lancé avec Vampire : La Mascarade, le jeu s’est étoffé jusqu’à la fin de la série, en 2004. Le système de jeu a depuis été présenté sous une forme universelle – storytelling system – pouvant être adaptée à tout type d’univers.

    JEUX DE RÔLES

    SHADOWRUN

    1989

    Catalyst Game Labs

    Univers inspiré du courant cyberpunk, mais où la technologie cohabite avec le fantastique

    Shadowrun a été mis à jour pour la cinquième fois en 2013. Ici, magie et créatures mythiques refont surface après avoir évolué dans l’ombre pendant des siècles. Le jeu de rôle a engendré une série de romans et de jeux vidéo.

    Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.
  • Courant Fractal: nouveau, rétro ou rafraîchissant?

    17 JAN 2017
    Courant_Fractal_banniere

    Après de longs mois de quête d’argumentation de recherche de désespoir et de procrastination, l’article tant attendu sur Courant Fractal va finalement sortir de mon antre. Car oui cher lecteur, après maintes aventures et obstacles, La Horde Geek la finalement réussir à produire son article. Je tiens à remercier la maitresse de la Horde d’avoir eu le courage et la ténacité pour m’avoir le livre et à ma chère Ranagan d’amour d’avoir enduré toutes ces heures à me voir lire cette immense brique mauve dans le salon.

    Bref, comme le dit l’expression: maintenant que le chèque est rentré, nous pouvons commencer. Courant Fractal se veux, selon moi, une plate-forme relativement rétro puisqu’il utilise le système D6, j’aborderais surement l’explication plus en détail du système D6 dans un autre article vu que la maitresse de la Horde a tendance à trouver que je m’étale en longueur quand je pars sur une explication. ;) Donc il est normal que pour nos jeunes lecteurs et lectrices que le terme D6 modifié ne vous évoque absolument rien, puisque ce système a pratiquement disparu depuis donjon et dragon version 3.0.

    Source: Courrier du Sud

    Source: Courrier du Sud

    Sébastien P. Langlay a passé, selon mes recherches ultras précises et approfondies, des années à être un DM (maître de jeu). Il a donc, comme beaucoup de ses compatriotes DM, accumulé une quantité titanesque de cartes et d’histoires au cours de ses campagnes. Mais il a fait ce que peu de dm font: ne pas accepter que son monde meure après la fin des campagnes. Car souvent quand une campagne ou un cycle de parties se termine, beaucoup de DM font un gros «reset» et recommencent à zéro. Je vais être relativement raisonnable pour éviter de recevoir une brique par la tête et vous donner le lien du site web de courant fractal où vous pourrez lire une partie des connaissances de base en plus d’avoir quelques détails sympathiques: http://courantfractal.com/.

    Pour avoir regardé différents livres de jeux de rôle, je dois dire que son univers est vraiment très bien détaillé et écrit. Il plonge dans des détails vraiment très précis et immersifs qui permettent de réellement faire une campagne d’une qualité exceptionnelle sans devoir acheter une tonne de livres d’expansions. Surtout que le jeu offre des possibilités vraiment diverses. Magie ou combat, tout est possible et bien expliqué, mais il faut être préparé à lire le livre attentivement sans sauter de phrases. Il y a tellement de détails et de descriptions que ça peut être légèrement étourdissant si vous le lisez par bout.

    Je crois que Courant Fractal pourrait avoir un bon public de ceux «tannés» des jeux de rôles modernes qui ont copié les mécanismes des MMORPG et qui voudront retourner à une époque où les jeux de rôles offraient encore du défi et une capacité aux joueurs de vivre une expérience épique. À la question qui tue est-ce que je jouerais à ce jeu ? La réponse est oui surement, mais avec des joueurs d’expérience. J’aurais une petite peur d’utiliser cette plateforme comme jeu d’initiation. Car le jeu demande quand même un investissement de temps pour lire et retenir, car sinon à quoi bon jouer a Courant Fractal!

    Signé Le Gobelin

  • Jeux de rôle : À table plutôt que sur Internet

    S H A N N O N P E C O U R T

    Même si internet offre de nouvelles options pour enrichir les jeux de rôle comme le classique Donjons et Dragons, de nombreux adeptes préfèrent encore se retrouver en personne autour d’une table de jeu.

    « Le jeu de rôle plateau, c’est pouvoir s’évader pendant plusieurs heures, voire des semaines ou des années, à l’intérieur d’un monde fictif », affirme le représentant de Productions Windrose inc. Jocelyn Brisebois, également concepteur du jeu de rôle québécois Courant Fractal.

    Lors d’une partie de jeu de rôle, les joueurs se retrouvent tous autour d’une table, souvent chez l’un d’entre eux. Un des participants, le maître du jeu, narre les aventures que ses compagnons vont vivre sous les traits de personnages qu’ils auront préalablement créés. À chaque action ou presque, un jet de dés est effectué et le résultat détermine la façon dont l’action va se passer. Parmi les univers dans lesquels une partie peut se dérouler, on pense tout de suite à Donjons et Dragons, mais il en existe une multitude.

    Souvent, les joueurs gardent leur groupe de jeu pendant des années et c’est une véritable routine qui s’installe. Pour le directeur et cofondateur des Productions Windrose, Sébastien P. Langley, « l’attachement au personnage, c’est la plus grande force motrice [du jeu de rôle]. C’est très apparenté au théâtre, et il y a un attachement au personnage que tu vas développer, et c’est ça qui est généralement la meilleure manière d’attirer les gens à revenir. Parce qu’ils veulent faire évoluer leur personnage dans le temps et dans l’histoire. »

    La taille de la communauté québécoise du jeu de rôle reste toujours plus ou moins la même. « Je n’ai pas vu de grosse explosion, comme les jeux de société ont fait. [...] Des nouveaux, je n’en vois pas beaucoup dans ma boutique, surtout chez les jeunes. Je pense que les gros livres [de règles] les intimident. Ils ont peur d’embarquer là-dedans », souligne le propriétaire de la boutique Chez Geeks, Luca Caltabiano.

    Le contact humain

    Internet a amené avec lui des moyens de réunir des joueurs éloignés et de faciliter, voire même de recréer, le jeu de rôle plateau, qui lui existe depuis environ les années 1970. L’une de ces alternatives est l’application web Roll20, une plateforme gratuite qui permet de servir de plateau interactif.

    Mais ces solutions divisent la communauté. « C’est intéressant de voir qu’il y a des technologies qui s’intègrent dans le jeu de rôle (JDR) sur table. Mais d’un autre côté, il y a un certain non-sens à ça, puisqu’une des forces du JDR sur table, c’est surtout la fameuse communion, comme je l’appelle », explique Sébastien P. Langley.

    Certains sont par contre très friands de cette interactivité. Jocelyn Brisebois a déjà testé plusieurs plateformes de jeu de rôle plateau en ligne. Sans en détester totalement une, il préfère utiliser simplement le logiciel d’appels en ligne Skype. « Tout le monde a ses dés chez eux, tout le monde a sa feuille de personnage. On garde l’aspect “pen and paper” dans le fond. Mais Skype nous permet d’aller rejoindre des gens beaucoup plus loin. J’ai des joueurs du Lac St-Jean, de Québec, de Val-des-Monts […] », souligne le concepteur de jeu vidéo.

    D’autres joueurs, comme Luca Caltabiano, sont beaucoup plus réfractaires à ces nouvelles alternatives et préfèrent le côté convivial du jeu : « Si je vais jouer à un jeu de rôle, j’aime ça être avec le monde, prendre une pause quand je veux, prendre un café. C’est plus intime je trouve », confie M. Caltabiano.

    Selon Sébastien P. Langley, c’est « comme le Monopoly. Quand c’est joué en jeu vidéo, l’expérience n’est pas du tout la même chose. »

     

    Cliquez ici pour avoir accès à l'édition complète.

  • Courant fractal – un jeu de rôle 100% Québécois !



    Entrevue-éclair avec Sébastien P. Langley, directeur créatif, écrivain et cofondateur des Productions Windrose inc.

    SOLARIS : Pouvez-vous décrire votre jeu de rôle (univers, système de règles) en quelques lignes?

    Sébastien P. Langley : L’univers de Courant fractal intègre deux genres : le médiéval fantastique et le low fantasy. En somme, il s’agit d’un univers que nous pourrions qualifier de parallèle, car plusieurs éléments historiques y sont présentés avec certaines variantes. Il se compose de deux mondes : celui de l’Énergeia (le monde physique) et l’Ousia (le monde de l’esprit). Bien qu’il y ait présence de magie (magicka), celle-ci est rationnelle. Ses fondements sont expliqués et encadrés. Notons également que c’est un monde où les créatures mystiques sont présentes, mais rares. C’est l’humain qui est à l’avant-plan.
    Le système repose uniquement sur des dés 6. Toutes les probabilités sont calculées en fonction de ceux-ci. Les caractéristiques des personnages des joueurs sont encadrées selon divers arbres d’habiletés. Fait intéressant, le joueur ne choisit pas une race comme point de départ, mais plutôt le citoyen d’une nation ayant une culture qui lui est propre.

    SOLARIS : Comment vous est venue l'idée de créer votre jeu de rôle (et quelles sont vos influences)?

    Sébastien P. Langley : D’abord et avant tout d’une passion de créer ! Après avoir développé pendant plus de vingt ans un monde dans moindres détails, toute la notion de ne pas perdre dans l’oubli des milliers de pages de conception est devenue la force motrice derrière l’écriture, la conception et l’édition de Courant fractal.
    De manière assez insolite, ce ne sont pas d’autres jeux de rôle qui ont influencé l’écriture de Courant fractal. En fait, étant donné l’importance accordée à l’histoire du monde, ce sont plutôt des œuvres littéraires qui ont été les principales sources d’inspiration. Il serait impossible de toutes les nommer, mais disons que Les Rois maudits de Maurice Druon et La Saga du roi Arthur de Bernard Cornwell ont eu une influence plus marquée que les autres.

    SOLARIS : En quoi votre jeu de rôle se distingue des autres déjà existants?

    Sébastien P. Langley : Certainement en raison de la priorité accordée au cadre de campagne (campaign setting). Beaucoup de jeux de rôle s’articulent principalement autour du système, des mécaniques et des règles. Dans notre cas, c’était l’opposé. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous avons fait appel à un historien pour la description des nations. Nous voulions ramener à l’avant-plan l’aspect théâtral du jeu de rôle. Personnifier un personnage dans un environnement. D’ailleurs, la magicka fait appel davantage à la description du sort plutôt qu’à une application générique d’un sortilège.

    SOLARIS : Quel est la situation (milieu) du jeu de rôle au Québec (jeu de rôle québécois, on s'entend)?

    Sébastien P. Langley : Bien qu’il existe une riche tradition de joueurs, le développement de jeux de rôle québécois en est encore à ses premiers balbutiements. Il y a certes quelques initiatives ici et là, mais nous sommes encore bien loin de l’institutionnalisation qu’à vécu le jeu vidéo ou la bande dessinée par exemple. La dernière année a toutefois marqué un virage dû à une série télévisée telle que Stranger Things et l’amour qu’ont avoué certaines personnalités médiatiques pour Donjons et Dragons.

    Merci Sébastien!
    Pour en savoir plus sur Courant fractal : http://courantfractal.com/

  • Courant Fractal: immersion dans un univers médiéval fantastique

    JEU. Un groupe d'amis de Longueuil peut se targuer d'avoir publié et commercialisé l'un des premiers jeux de rôle sur table francophone au Québec, Courant Fractal. Le Courrier du Sud s'est entretenu avec trois des principaux artisans du projet, Sébastien Pitre  — mieux connu sous nom de plume de Sébastien P. Langley  —, Guillaume Duguay et Jocelyn Brisebois.

    Jeu de rôle s'inscrivant dans le courant médiéval fantastique rappelant l'univers de la trilogie du Seigneur des anneaux ou de la série télévisée Le Trône de fer, Courant Fractal, ressemble à certains égards au célèbre jeu Donjons et Dragons, qui compte plusieurs millions d'adeptes à travers le monde.

    Le système de jeu s'apparente aux jeux de rôle traditionnels, avec des dés à faces multiples, des feuilles de personnages, des joueurs-personnages et un maître de jeu – un participant qui met en scène la partie et en gère le bon fonctionnement.

    «Beaucoup de travail»

    Maître d'œuvre et auteur principal de Courant Fractal, Sébastien P. Langley a démarré le projet il y a environ cinq ans. Amateur de longue date des jeux de rôle et de l'univers médiéval fantastique, il a eu l'ambitieuse idée de créer son propre univers et sa propre plateforme de jeu. De nombreux collaborateurs se sont joints à l'équipe, chacun apportant ses compétences diverses, dont Guillaume Duguay, Jocelyn Brisebois, David Riendeau, Nicolas Francoeur, CD, MD3M et Philippe Lalancette. Ensemble, ils ont formé les Productions Windrose.

    Si le projet était initialement un trip de joueurs, l'idée de commercialiser le jeu s'est rapidement imposée.

    «J'ai commencé à construire ce monde-là il y a plusieurs années, explique Sébastien P. Langley. Il doit y avoir une vingtaine d'années de travail là-dedans. Plusieurs collaborateurs se sont greffés au projet au fil des ans. On savait qu'on tenait quelque chose de bon et de potentiellement commercialisable. Mais ça n'a pas été simple. On a raffiné les détails pour en arriver à quelque chose de qualité professionnelle.»

    Un succès pour le Québec

    L'équipe a publié la première édition de Courant Fractal en juin 2014, un ouvrage comptant pas moins de 357 pages. Disponible en français uniquement, il est vendu en ligne ainsi que dans une dizaine de points de vente spécialisés au Québec. L'équipe de Productions Windrose a récemment signé une entente avec l'Association des libraires du Québec, ce qui lui apporte une visibilité accrue.

    Une édition à couverture rigide, lancée à l'occasion du Comiccon de Montréal en juillet 2015, a reçu un excellent accueil. L'équipe a également créé un forum et une page Facebook où les joueurs peuvent échanger entre eux.

    Les collaborateurs estiment avoir vendu à ce jour entre 300 et 400 éditions du jeu. Sa communauté se chiffre à environ un millier de joueurs, «un nombre très respectable pour un marché aussi petit que le Québec».

    «On s'est souvent faire dire que le marché québécois était beaucoup trop petit et que ça ne fonctionnerait jamais, confie Guillaume Duguay. Mais simplement avec le bouche-à-oreille, on a réussi à ''convertir'' plusieurs groupes de joueurs. On a aussi organisé des séances publiques dans certains de points de vente pour faire connaitre le jeu.»

    L'équipe est également présente au Comiccon de Montréal depuis deux ans. «Ce genre d'événement nous permet d'atteindre un public plus large et de nous faire connaître de beaucoup de monde, explique Jocelyn Brisebois. Malheureusement, à ce stade- ci, le Québec est un trop petit marché pour que ce soit lucratif. On veut maintenant s'attaquer au marché francophone européen. Tout ce qui touche au médiéval est populaire là-bas. Ça fait partie de leur histoire et de leur culture. Réussir à s'implanter en France serait la prochaine étape.»

    L'équipe souhaite également obtenir les fonds nécessaires afin de faire traduire son ouvrage en anglais par des professionnels et ainsi commencer à envisager de commercialiser le produit à l'échelle internationale.

    «Le but était de créer une plateforme destinée à créer une multitude de produits comme une série de romans, de bandes dessinées et de jeux vidéo, explique Sébastien P.Langley. C'est un développement à long terme, ça se fait morceau par morceau. Si on ne peut pas parler d'un immense succès commercial en ce moment, je crois néanmoins qu'on a réussi à prouver qu'un produit de la sorte peut être populaire ici.»

    L’univers de Courant Fractal

    L'univers de Courant Fractal emprunte des éléments à l'imaginaire médiéval fantastique ainsi qu'à plusieurs autres sources. On y retrouve des elfes, diverses créatures fantastiques et de la magie, mais le jeu possède son monde bien distinct.

    Selon ses créateurs, «c'est la richesse des détails, notamment dans la description du monde et de la trame historique, qui fait la force du jeu».

    «Nous avons réussi à créer une trame historique très élaborée, qui s'étale sur 3000 ans, explique le directeur créatif du projet, Sébastien P. Langley. Le but était de créer un produit immersif au maximum, l'univers le plus réaliste et complet possible.»

    Selon le directeur des opérations de Productions Windrose, Guillaume Duguay, «Courant Fractal s'adresse aux joueurs qui souhaitent expérimenter autre chose dans le jeu de rôle. Ce n'est pas que le jeu soit particulièrement compliqué, mais il plait avant tout aux personnes qui sont familières avec ce type de jeu.»

     

Ajouté au panier

c